Participation des habitants : la friche Brunel et BW Friches !

Depuis juillet 2013, un collectif d’habitant-es ne cessent de poser des questions et de proposer des alternatives tirées de rencontres avec la population du quartier sur le devenir de cette friche industrielle que la Mairie de Lille veut transformer en logements.

Ce n’est pas tant la destinée du projet qui pose problème que la manière dont la « concertation » s’exerce autour de celui-ci. En s’organisant, ces habitant-es sont en train de remettre en question la conception que la municipalité a de la « démocratie participative » et nous démontre, qu’en s’organisant collectivement, chacun-e d’entre nous peut peser dans la balance de la politique urbaine.

D’abord, BW Friches entame des prises de contacts avec les services urbanisme de la ville de Lille, de Lille Métropole et de l’Établissement Public Foncier – NPdC (propriétaire du site, maître d’oeuvre et chargé de la “viabilisation foncière”, soit la dépollution et la démolition du site). Ils reçoivent une écoute courtoise, mais sur le fond, ils ne sont pas associés à ce projet urbain qui va transformer notre quartier. Pourtant, leur initiative ne peut que correspondre à l’idée de démocratie participative chère à Mme Aubry ?! : « Nous questionnons la gouvernance locale de ces prises de décision dont les habitants concernés sont relégués à être de simples spectateurs et non partie prenante à part entière. […]

Une transformation culturelle et institutionnelle [est] à franchir par rapport aux pratiques actuelles où les habitants subissent les projets urbains du quartier avec un minima réglementaire (l’enquête publique) faisant office de consultation des habitants et de rares réunions d’information dans lesquelles nous n’avons pas de pouvoir de décision. Il nous semble qu’une politique municipale ne peut se résumer à une conquête électorale, des habitants vus comme des électeurs. […] »bw friche

Qu’à cela ne tienne ! Le collectif BW Friches se retrousse les manches et réalise, courant 2014, une enquête qualitative qui reçoit 68 contributions alors que l’enquête publique réalisée par la Mairie de Lille en 2008 n’en reçoit que 16… En résumé, les résultats révèlent une volonté de sortir de la simple vision quantitative de logements pour s’intéresser à la qualité des logements, privatifs comme sociaux, et à leur intégration dans le temps (idées de logements modulaires, d’immeubles à taille humaine (R+2 maxi), d’espaces verts, de lieux collectifs…).

Le rapport de force installé, la municipalité, par le biais du conseil de quartier de Fives et de
son président, ne peut plus faire l’impasse sur la participation des habitants à la transformation de cet ancien site industriel. Le samedi 14 mars 2015, lors d’une réunion publique organisée l’avantveille du lancement du chantier de déconstruction (sic) de la friche Brunel, les élu-es présents sont obligés de prendre acte et de reconnaître le travail effectué par le collectif BW Friches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *